Le New York Times quitte Apple News et inflige un coup dur à la plateforme

Catégories Entreprise

Tout comme Apple a progressé dans l’augmentation de l’audience d’Apple News, qui compte désormais 125 millions d’utilisateurs actifs mensuels, la plateforme d’agrégation d’actualités prend un coup de maître. Le New York Times a annoncé cette semaine qu’il se retirait complètement d’Apple News, ce qui en fait l’une des publications nationales les plus importantes à se débarrasser de la plateforme.

Le jardin clos d’Apple est trop restrictif

À compter du lundi, les articles du Times ne seront plus publiés dans le flux d’actualités d’Apple. L’entreprise a cité le manque de contrôle sur les relations avec les clients, ainsi que l’incapacité à rediriger les lecteurs vers son propre site, comme étant des facteurs clés dans cette décision. Ces restrictions rendent extrêmement difficile la conversion des lecteurs en abonnés payants, ce qui est essentiel pour l’activité réelle du New York Times.

Le New York Times a fait des progrès significatifs sur ce front, avec des abonnements exclusivement numériques qui ont grimpé de 40 % au cours du dernier trimestre pour atteindre 5 millions. Ces gains ont permis de compenser une baisse de 7 % des abonnements à la version imprimée, qui s’élevaient à environ 840 000 à la fin du premier trimestre.

Apple ne peut pas dire que le New York Times ne l’avait pas averti

Gardez à l’esprit que le New York Times avait initialement refusé de faire partie d’Apple News+, le service d’abonnement à 10 dollars par mois que le géant de la technologie a lancé l’année dernière et qui était basé sur son acquisition de Texture en 2018. Apple garderait la moitié des revenus d’abonnement de ce service, les éditeurs se partageant l’autre moitié sur la base d’un engagement proportionnel.

D’autres organes nationaux comme le Washington Post ont également choisi de ne pas participer à Apple News+, bien que le Post continue de vendre des abonnements à l’application par l’intermédiaire d’Apple News, ce qui donne au fabricant de Mac le droit de réduire ces ventes. Le Wall Street Journal propose une sélection limitée d’articles dans Apple News+. Même les partenaires officiels d’Apple News+ comme Conde Nast, qui publie des noms connus comme Vogue, GQ et Vanity Fair, entre autres, ont exprimé leur scepticisme concernant la relation avec Apple.

Apple News+ a eu du mal à gagner des abonnés, la base d’abonnés étant apparemment restée aux alentours de 200 000. Dans le même temps, la version gratuite a suscité des critiques de la part des éditeurs, car la monétisation des publicités a été extrêmement faible en raison de l’importance accordée par Apple à la protection de la vie privée, ce qui limite considérablement le ciblage des publicités.