Alphabet exploite les faisceaux lumineux pour amener Internet en Afrique

Catégories Entreprise

Alors que nous nous attaquons quotidiennement à des dizaines de tâches numériques sur nos ordinateurs de bureau, nos smartphones, nos montres intelligentes, nos ordinateurs portables, nos dispositifs de sécurité et nos systèmes audio, et que nous conversons avec Siri, Alexa et Google Assistant pour répondre à des questions ou exécuter des tâches quotidiennes, nous oublions parfois la chance que nous avons.

La technologie d’internet loin d’être accessible à tous

Quelque 4 milliards de personnes dans le monde n’ont pas accès à Internet. S’ils veulent allumer une lumière ou écouter une liste de chansons, ils doivent en fait se lever et actionner un interrupteur ou sélectionner un CD ou un disque et le placer dans un lecteur. Cela suppose, bien sûr, qu’ils puissent se permettre un tel luxe.

Le laboratoire d’innovation Alphabet X de Google a annoncé cette semaine qu’il mettait au point une technologie permettant d’offrir un accès Internet à haut débit aux régions d’Afrique qui ont été laissées pour compte dans la révolution numérique. L’entreprise, appelée Project Taara, utilisera des faisceaux lumineux invisibles reliés à de hautes tours pour apporter un accès Internet à bas prix à l’Afrique subsaharienne, à commencer par le Kenya.

L’intérêt d’une telle technologie

L’utilisation de faisceaux lumineux permet la connectivité dans des régions géographiquement hostiles aux câbles à fibres traditionnels. Dans d’autres régions, les zones naturelles protégées ou les communautés touchées par un conflit ou une guerre ont rendu impossible la construction de lignes de câbles traditionnelles.

Le groupe Taara affirme qu’une seule liaison de 20 Gbps peut transporter des signaux jusqu’à 20 km et fournir une connectivité suffisante pour que des milliers d’habitants puissent regarder des vidéos simultanément. Comme l’ont fait remarquer certains observateurs, il s’agit essentiellement d’un câble de réseau à fibre optique sans le câble physique.

Selon un blog publié lundi, le directeur général du projet Taara, Mahesh Krishnaswamy, a déclaré “En créant une série de liens à partir du réseau de fibre optique de notre partenaire, par voie terrestre, vers des zones mal desservies, les liens de Taara peuvent relayer l’internet à haut débit et de haute qualité aux personnes sans le temps, le coût et les tracas qu’impliquent le creusement de tranchées ou l’installation de câbles le long des poteaux“.

Pour assurer une connectivité continue, les liens de Taara sont placés au sommet de hautes tours ou de toits. Cela permet non seulement de sécuriser les tours, mais aussi de s’assurer que les réseaux conservent une ligne de vue ininterrompue.

Alphabet travaille avec le groupe Econet et Liquid Telecom pour apporter un service aux communautés qui, numériquement, sont restées dans les années 1980.

Le projet Taara est une ramification d’une entreprise antérieure, le projet Loon. En 2013, Google X a lancé 30 ballons à haute altitude pour établir un réseau sans fil sans obstacles physiques sur terre. L’objectif était alors aussi d’apporter le service Internet aux régions mal desservies dans les zones éloignées et pauvres, ainsi qu’aux régions touchées par des catastrophes naturelles.